logo logo
Nouvelles
Cinémathèque Française
Regard Indépendant
Le Salon Des Refusés
Philippe TYPHAGNE
The Art of Super8
Numéro 23 sur la TNT
Marie Clotilde CHERY
Marcel Mazé
L'Abominable
Kino LugdunUm
Helga FANDERL
S8 au Centre Pompidou
Home Movie Day
Concours Courts SkyProds
La Lanterne Magique
Petit Monde Caravanes
Stéphane Marti
L' ETNA
E. N. Beaux Arts PARIS
Collectif Jeune Cinéma
C.Culturel Suisse Paris
Courts Dévant 2008
360° et même plus..
Braquage
Le peuple qui manque
ARTÉ
l' I.N.H.A.
Impack
Et Hop Productions
Autrefois GENEVE
Fest.films Gays Lesbiens
Light Cone
Radio City One
Festival Films de Famille
Cinématheque de Bretagne
Glaz ART
Rencontres Internation.
Les garçons de la plage
Sandra Davis
Cinesong 2007
Festival Cinéma Différent
Le point aveugle
Beaj Assos. citoyenne
There is no direction
Nom dit de Gabi Goubet
News DVD LOWAVE
Faites de l'Image
Films & DVD sur le Super8
Les Amis du Cinématon
L’Homme des Roubines
A Travers l'Univers
Jean Luc Godard Cinématon
Parpaillon
Cinexpérimentaux
Tchatche libre
Festival Shadows
Nuits des Cancres
Théléthon 2007
  Les Pages Perso
 
News de Tout & Partout>Les Amis du Cinématon
  ALICUDI de GÉRARD COURANT   News du 25-Avril-2009 
  OCAÑA, DER ENGEL DER IN DER QUAL SINGT   News du 3-Octobre-2008 
  JE MEURS DE SOIF, J’ÉTOUFFE, JE NE PUIS CRIER… de GÉRARD COURANT   News du 2-Juin-2008 
  sortie du DVD TÊTE DURE de MOUNIR FATMI   News du 1-Juin-2008 
  L'intégrale des films de DEREK JARMAN   News du 31-Mars-2008 
  LE DICTIONNAIRE PIALAT   News du 11-Mars-2008 
  L’HOMME DES ROUBINES   News du 29-Mars-2007 
  le samedi 10 mars à 21 heures 3 films AUTOUR DE SERGUEÏ PARADJANOV   News du 8-Mars-2007 
  FESTIVAL FILMER A TOUT PRIX A BRUXELLES   News du 21-Novembre-2006 
  sur ZALÉA TV le vendredi 26 janvier 2007 à 20 heures 2000 CINÉMATONS   News du 25-Octobre-2006 
  4 films diffuses maintenant par LES AMIS du CINÉMATON   News du 3-Juillet-2006 
 
FESTIVAL FILMER A TOUT PRIX A BRUXELLES    News du 21-Novembre-2006

Le Festival  FILMER À TOUT PRIX DE BRUXELLES
(13 au 25 novembre 2006)

présente
en parallèle de la rétrospective des CINÉMATONS

deux films en copie neuve de
GÉRARD COURANT

le mercredi à 20 heures et 22 heures
À PROPOS DE LA GRÈCE
(1985, 85 minutes)
avec Epi Melopoulou

J’ai heureusement vu plusieurs fois la Grèce, il y a des années déjà. Je n’ai malheureusement vu qu’une fois À propos de la Grèce de Gérard Courant, il y a deux ans déjà.
Vous savez comment opère la mémoire ? La première image qui me revient de ce film est un plan « quelconque » (mais tout plan n’est-il pas « quelconque » et le « quelconque » n’est-il pas souvent ce qui frappe le plus ?). Un carrefour de rues à Athènes probablement, des hommes et femmes qui passent, la circulation. Dans mon souvenir, les chemises sont blanches : il y a surtout des hommes, bien sûr, dans les rues grecques. J’imagine que leurs chaussures sont vernies noir et blanc, façon helleno-italienne. Et puis il y a une table sur le trottoir, je crois bien. Une table bleu ciel, à moins qu’elle ne soit blanche, puisque souvent en Grèce les couvercles de gazinières et autres flancs de réfrigérateurs reprennent du service sous forme de dessus de table. Bref, une image caractéristique d’Athènes : une ruche, principalement masculine. Caractéristique de la Grèce ordinaire : une table au milieu des gens, des chaises (il y a trois fois plus de chaises que de Grecs), et bien sûr cette limpidité des sons et lumières… Un plan décidément pas si « quelconque » que ça, obstiné, obsédant. Probablement, sûrement parce que Gérard Courant a filmé vers le bas, cadré de la chaussée à la ceinture des piétons : il a regardé comme on regarde dans la rue en marchant, plutôt vers ses pieds. Il a su voir aussi la Grèce comme ça. Comme un pays « quelconque », un quelconque pays où l’on vit chaque jour comme ailleurs. Presque comme ailleurs, comme ici.
Puis la mémoire opère un recul. Ce que je retiens de ce film, ce sont ces trois couleurs, bleu, blanc, ocre. La trinité grecque. Comment se fait-il qu’il n’y ait pas d’ocre aussi dans leur drapeau ? Bleu de la mer, du ciel et des toits d’églises, blanc des villages, embruns et chemises, ocre de la terre. Et un peu de verre pâle, celui des oliviers, câpriers, eucalyptus. Gérard Courant a capté la permanence, la pérennité, l’éternité de ces trois couleurs. L’image de base de la Grèce. L’image archaïque.
Puis la mémoire travaille. Courant a eu l’idée forte d’opposer à cette beauté tranquille des éléments et des lieux, un rythme. Une trépidation. Par un montage hachuré, moins répétitif qu’on pourrait le croire, comme il en a le secret. Par un son mécanique qui accompagne tout au long, invariablement, ses images. Cela fait deux ans que je me demande si ce son est celui d’un appareil de projection (ou d’une caméra : c’était le même objet, au début), ou celui d’une hélice de bateau. Peut-être ni l’un ni l’autre. Qu’importe : pour moi ce sera toujours la fusion sonore du cinématographe en train de tourner et du bateau en train d’avancer. Vers la Grèce, vers les Cyclades ; vers une péninsule ou vers les îles.
Enfin la mémoire revient. L’obsession : tout le film se jouerait là-dessus. Sur ce bruit lancinant, d’abord surprenant, puis énervant, puisqu’on raisonne autant qu’il résonne, puis qui s’imprime bon gré mal gré en vous. Sur ces paysages, qui reviennent sans cesse, martelés. Comme si Gérard Courant voulait à tout prix, puisqu’il s’agit de la Grèce, qu’on en prenne plein les yeux. C’est le cas. Et enfin, et bien sûr, et surtout, cette femme. La femme qui passait ses vacances avec Gérard Courant en Grèce, tout simplement. Ce serait donc bien cela qu’il a enregistré ici : un souvenir obsédant, de bonheur probablement. Une image de bonheur, qui sera la matière du film ; sur quoi il bute, ce qui sera la manière du film… Au-delà, je ne sais pas, je ne vois plus. Ou ce bonheur était si intense que Courant veut rendre cette intensité, à jamais : son battement. Ou ce bonheur était déjà fragile, menacé : il allait perdre un jour la Grèce, perdre cette femme, cette beauté, ce bonheur. Il rendrait la menace du temps, les coups de buttoir de la mort qui travaille toute chose, tout être, tout amour.
Je ne veux surtout pas le savoir. Je ne veux rien voir de plus ici qu’une image mienne, imputée nolens volens à Gérard Courant. Cette image, ce film, fusionneraient les deux propositions ci-dessus : un homme (à la caméra, dirait Vertov, dont Courant a retenu bien des choses) a vécu là, en Grèce, un amour à son paroxysme. Au maximum de son intensité. Donc déjà fragilisé, menacé. Il saurait que cet amour ne vivrait plus jamais cela, là : au plus fort de sa beauté, dans ces lieux et ce temps grecs infiniment sereins. Il voudrait nous dire que la trépidation amoureuse est passée trop vite. Que le séjour en Grèce était trop court. Que la Grèce et l’amour, c’est toujours trop beau, ça passe toujours trop vite. Toujours aussi obsédants que fragiles, le bon, le beau.
À propos, les fameuses cartes postales ; les fameux clichés (de vacances) du bonheur et de la beauté. Gérard Courant ne leur tourne pas bêtement le dos, il ne ferme pas les yeux dessus. Il les fait comme défiler en accéléré, les secoue, les mélange. Il les bat, au pied de la lettre, dans tous les sens du terme. Comme s’il voulait que nous reste, en vrac, un tas d’images. Un tas « tout bête », inarticulé, désossé, défait, d’images trop belles, trop bonnes. Précisément, c’est ce tas insensé qui ferait sens… Un malin plaisant, Gérard Courant !

(Fabrice Revault d’Allonnes, Le Journal du 43, n° 2, décembre 1986)

LES AVENTURES D’EDDIE TURLEY
(1987, 90 minutes)
avec
Philip Dubuquoy, Françoise Michaud, Joël Barbouth, Mariola San Martin,
Lucia Fioravanti, Joseph Morder, Gérard Tallet, F.J. Ossang, Jaques Dutoit,
Baxter, Lou Castel, Alain Pacadis, Dominique Païni

Sur un thème d’aventures de science-fiction, Gérard Courant compose un hommage à l’Alphaville de Jean-Luc Godard, aux détectives privés du cinéma américain, à David Goodis et à ses métropoles inhumaines, etc. Ce n’est qu’un prétexte à une expérience de film entièrement fait d’images fixes.
Gérard Courant a parcouru le monde, réalisé sept mille clichés, retenu deux mille quatre cents photographies pour construire, au banc-titre et au montage, un superbe univers imaginaire en noir et blanc. Des voix off donnent une sorte de vie parallèle à des ombres, à des silhouettes ou à des visages entrevus. Ce pourrait être de l’anti-cinéma, c’est du cinéma réinventé à la mesure des rêves.


(Jacques Siclier, Le Monde, 27 avril 1989)



Renseignements : FILMER À TOUT PRIX www.fatp.be

LES AMIS DE CINÉMATON  37, boulevard Rouget de Lisle – 93100 Montreuil
Tél : 01 48 59 76 92  Courriel : gerard.courant@club-internet.fr 
Chercher par mot clé dans le site
avec GOOGLE Translate en
English Nederland Español Italiano Português
Accès à votre compte Boutique
Mot de passe oublié?

Toutes les informations sur Ciné-Super8.net sont sur la page Ciné Super8 et les cordonnées sur Mentions légales

Utilisez le Forum quand vous pensez que vos questions peuvent aussi servir d'autres personnes   merci!.

Contact @mail    
Accueil Films Super8 Tout Bauer et Nizo Modes d'emploi Forum Petites Annonces Contact Articles News de Tout & Partout La Boutique Ciné-Super 8 Section Tests Location matériel Cinéma Technique Super8 Ciné-combines Reparer? Historique Galeries Liens Foires Salons Festivals Mentions légales Accessoires caméras Amorce AT Vision Bobines Bobines 16mm Caméras Bauer Caméras Nizo Colle et Scotchs Colleuses Courroies Projecteur Développement Labos Entretien des Films Films 16mm Films Super8 Films_Double Super8 Films_Double8 Filtres Lampes à miroir Lampes ba15 P28 P30 Lampes excitatrices Lampes halogènes Lampes spéciales Lampes supports Lampes visionneuse Livres Pièces Bauer-Nizo Pistage des films Projecteur Torches Eclairage Visionneuse